Isabelle : « Je suis très fière d’être noire et d’avoir les cheveux crépus »

« Je suis très fière d’être noire et d’avoir les cheveux crépus ». Ces mots viennent d’une jeune femme africaine aux yeux luisants et au regard sensuel. Cette Béninoise aux cheveux crépus s’appelle Monelle Isabelle DEGBE. Elle est diplômée d’un Bachelor Degree en Business Administration à Accra au Ghana. Yes !! We can have frizzy hair and be as smart. Bon, un peu d’anglais fait du bien aussi (sourire). L’histoire capillaire de la Bachelor a commencé par hasard.

Mon aventure Nappy a commencé complètement par hasard. Je me suis souvent coupé les cheveux plusieurs fois depuis que je suis au collège. J’ai toujours eu les cheveux secs et assez volumineux même défrisés. Un an après mon baccalauréat, je me suis faite une coupe parce que j’étais vraiment fatiguée de l’état de mes cheveux. Mais c’était une coupe pour cheveux défrisés. Je mettais tout le temps le fer à lisser et cela avait rendu mes cheveux cassants. Alors j’ai tout coupé.

Miss Isabelle a donc tout coupé. Hum, j’imagine sa tête en ce moment (sourire). Mais l’envie d’avoir rapidement des cheveux souples, mous et doux va la pousser à faire du Curly (une technique qui consiste à avoir les cheveux frisés sans être crépus). Ce qui l’a plongé à nouveau dans un style plus ou moins défrisé avec des pointes fragilisées. Elle Raconte.

Mon big chop était plutôt cool, vu que j’avais déjà les cheveux courts, je suis allée simplement chez le coiffeur pour les rendre encore plus courts. Ça m’a juste fait bizarre de voir ma tête aussi petite (sourire). Mais je ne considère pas ce big chop là comme le début de mon aventure entant que nappy, parce qu’après c’était tellement difficile à peigner que je me suis faite un curly qui malheureusement n’avait pas donné l’effet naturel à mes cheveux. Du coup j’ai laissé mes cheveux poussés normalement sans me défriser et je coupais au fur et à mesure les pointes fragilisées par le curly.

Pointes fragilisées par le curly, cela ne l’a pas empêché de vouloir avoir la vraie texture de ses cheveux crépus. Car revenir au naturel , était pour elle une occasion de montrer à l’opinion publique qu’elle a une identité capillaire à laquelle elle s’y attache contre vents et marées.

Revenir au naturel, c’était un peu comme me rebeller et dire OUI de toute façon je m’en fous, je fais ce que je veux. Surtout vis-à-vis de l’opinion publique et surtour des gens qui critiquent. Je ne voulais pas me laisser influencer par les coiffeuses qui disaient que mes cheveux étaient trop durs à peigner ou tresser, ou par les tantes et voisines qui disaient que mes cheveux étaient tout le temps en désordre. Même si je suis retournée au naturel sans faire exprès, c’est devenu pour moi un choix que je trouvais évident.

Son entourage proche n’était pas si sceptique à son nouveau look. Mais de l’extérieur des critiques s’affluent. La Lady est restée ferme.

Mon entourage l’a prit plutôt bien. Ma mère était un peu dubitative au début. Mon père et mon frère trouvaient ça bizarre mais ils ont fini par s’habituer. Quant aux autres, comme je l’ai dit plus haut, je ne voulais pas me laisser influencer par les commentaires. Vu que j’étudiais au Ghana, c’était plutôt facile. Parce que là-bas, il y a beaucoup de Nappy, je n’avais donc pas à être complexé. Aussi, ma meilleure amie m’a beaucoup aidé. Sa sœur était déjà Nappy et elle aussi était en transition. On a commencé donc notre aventure presque au même moment et on s’échangeait les conseils et astuces.

4 ans après, Isabelle se dit d’être fière de cette identité capillaire, bien que les cheveux crépus soient les plus rebelles du monde.

Très fière d’être noire et d’avoir les cheveux crépus. J’aurais préféré qu’ils soient moins secs quand même (sourire). La période du Curly c’était plutôt cool vu qu’ils étaient mous et bouclés. Mais quand j’ai commencé à vraiment avoir mes cheveux crépus ce n’est plus aussi drôle (sourire). Au début c’était un peu difficile puisqu’ils étaient courts. J’avais du mal à trouver des styles de coiffures à faire. Je me tressais souvent. Je laissais à peine mes cheveux respirer 2 jours. Mais aujourd’hui je peux dire que je connais mieux mes cheveux. Je peux les garder 2 à 3 mois sans me tresser ou je fais des tresses avec mes cheveux naturels. En gros je vis bien avec mes crépus.

Certaines personnes disent que les filles aux cheveux naturels n’entretiennent pas leurs cheveux. Du coup ne sont pas belles. La jeune femme aux fossettes discute.

Les filles avec les cheveux naturels sont au contraire les plus belles (sourire). Les cheveux crépus ne sont pas censés être lisses et tirés à quatre épingles. Ils sont rebelles et touffus et parfois “ they are all over the place “. Mais ça ne veut pas dire que nous ne les entretenons pas. Au contraire, ça nécessite plus d’entretiens.

Isabelle ne se tracasse pas vraiment pour garder ses cheveux en bonne santé. Elle partage ici sa routine capillaire.

Je ne fais pas grande chose. J’utilise les crèmes leave in et shampoing ( fait à base de savon noir) de Be Natural (une marque de produits capillaires MADE IN BENIN) qui sont adaptés à mon type de cheveux. J’utilise des huiles essentielles que j’achète en ligne ou dans d’autres boutiques. Comme la plupart des Nappy, j’ai un vaporisateur qui contient de l’eau et de la glycérine pour l’hydratation. Je ne me complique pas la vie et franchement mes cheveux ne s’en plaignent pas (sourire).
Le plus important c’est d’éviter toute choses qui peut les affaiblir comme des produits chimiques, l’utilisation fréquente de sources de chaleur comme les lisseurs et les tresses trop serrées. Aussi, ça dépend du type de cheveux de chacun. J’ai les cheveux très secs donc je me concentre plus sur les crèmes et autres moyens qui me permettent de retenir l’hydratation et de les rendre plus souples et doux.

Certaines filles estiment qu’avoir les cheveux crépus demande assez d’attention, de temps et de moyens financiers. L’avis de la Bachelor.

Cela revient cher quand on s’éparpille. Il faut apprendre à connaître ses cheveux et savoir quoi mettre, demander conseil et se créer une routine. Il ne faut pas essayer tous nouveaux produits qui nous aient conseillé ou être à la recherche du parfait produit. Dans mon cas j’ai un budget pour mes cheveux. Et quand je me ravitaille, j’utilise mes produits pour 4 à 6 mois avant d’en réacheter . Donc j’achète des produits pour mes cheveux à peine 2 fois par an et le reste je le fais moi-même.

Découvrons ensemble ses tendances coiffures.

Mes tendances coiffures sont généralement le high puff sous différentes formes ou les twists. J’avoue que quand les cheveux sont un peu plus longs on a la possibilité de faire plus de style.

SON MESSAGE


“The key to success is consistency”. C’est seulement en étant patientes envers nous -mêmes et nos cheveux et constantes dans nos soins que nous aurons le résultat voulu. Monelle Isabelle DEGBE

Retrouvez la vidéo shooting sur notre page Facebook.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Cité Des Crépus, l’africanité c’est notre Fierté !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s